Poèmes

2007
Traducteur: 
978-2-917111-00-0
6.00€
Statut: 
Épuisé

La comtessa de Dia si fo molhèr d’En Guilhem de Peitieus, bèla dòmna e bona. Et enamoret-se d’En Rambaut d’Aurenga, e fetz de lui mantas bonas cançós.
La comtesse de Die était l’épouse de Guillaume de Poitiers, bonne et belle dame. Elle s’énamoura de raimbaud d’Orange et fit sur lui maintes bonnes chansons.

Les textes occitans originaux des quatre chansons de la comtesse de Die que nous publions ici sont extraits des « Chants d’amour des femmes troubadours », publiés en 1995 par Pierre Bec. Le texte occitan de la Tenson échangée avec Raimbaud d’Orange, longtemps attribuée à la comtesse de Die (ce qui est probable, au moins pour sa voix), est extrait de l’ouvrage de Jules Véran, « Les poétesses Provençales du Moyen Age et de nos jours », paru en 1946 à Paris.
La comtesse Béatritz de Die fait partie des rares femmes-troubadours, les trobairitz, dont il nous reste quelques écrits. Les voici dans une nouvelle traduction poétique de Serge Bec, qui a su conserver en français la fidélité de la vieille langue des troubadours et la fraîcheur poétique de l’amie de Raimbaud d’Orange.

~ Extraits ~

Uno joio puro alegresso me baio
Pèr que ièu cante mai gaiamen,
E noun me boute en aio,
Nimai e ges de pensamen,
Car sabe que me porton dan
Aquéli gusas dóu mau-parlant ;
E si marrit prepaus noun m’esfraion,
Au contro, n’en séu des cop plus gaio !

Poèmes, Comtesse de Die